Sa forme, sa dimension et son poids ne sont pas réglementés.

Le corps de la raquette, ou « bois », doit être plat et rigide. Au moins 85% de l'épaisseur totale de la raquette doit être en bois naturel. La ou les faces utilisées pour frapper la balle doivent être recouvertes d'un revêtement en caoutchouc d'un seul tenant, d'épaisseur et de couleur uniforme ; Obligatoirement une face est rouge vif, l'autre noire (Si une face ne comporte pas de revêtement il est interdit de s'en servir pour frapper la balle et elle doit être peinte de la couleur opposée au coté possédant un revêtement). Entre le revêtement et le bois, il est fréquent d'avoir une épaisseur de mousse synthétique. Les fédérations publient chaque année une liste des revêtements autorisés.

Les plaques et les bois sont choisis en fonction du style de jeu recherché : on distingue le jeu offensif (jeu rapide mais peu de contrôle de la balle), le jeu défensif (bon contrôle mais balles plus lentes) et le jeu allround (vitesse moyenne et contrôle correct). On considère généralement que les plaques sont responsables à 80 % du style de jeu, et le bois 20 %. Les joueurs peuvent en plus utiliser des colles spéciales dont le solvant influe sur l'élasticité des plaques en gonflant les alvéoles de la mousse. Ceci a pour résultat d'augmenter la vitesse de frappe ou l'amplitude des effets. Ces colles ne sont efficaces que quelques heures au mieux pour donner tout leur potentiel, il existe aussi des colles rapides dont l'effet est de dix jours qui sont un peu plus longue à sècher. Les colles à base de solvant seront interdites après les Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Pour désigner une raquette de tennis de table, on utilise fréquemment le terme « palette ».